Les membres de diverses associations culturelles de l’Ituri demandent au chef de l’Etat Felix Tshisekedi de retourner le gouverneur Jean Bamanisa Saidi à Bunia pour qu’il exerce ses fonctions. Au cours d’un point de presse tenu samedi 30 novembre à Bunia, ils ont relevé des irrégularités dans la procédure de la motion de défiance votée par les députés provinciaux contre M. Bamanisa. Ils ont décidé de décréter deux jours de ville-morte en Ituri pour fustiger cette démarche des députés provinciaux.

Dans leur déclaration lue par Claudine Nzeni, les notables de l’Ituri ont déploré la persistance de la crise causée par cette motion de députés provinciaux. Cette motion est inopportune après quatre mois d’installation du gouvernement provincial et surtout au regard du contexte d’insécurité notamment en territoire de Djugu, Irumu et Mambasa, ont-ils estimé. Selon eux, cette motion est inconstitutionnelle et entachée d’irrégularités, qui attestent l’immaturité politique de ces élus.

Les signataires dénoncent « l’inexplicité des charges mises sur le gouverneur de province, violation de procédure devant aboutir à la déchéance d’un gouverneur de province, légèreté et précipitation avec lesquelles nos élus ont posé cet acte, verrouillage et manigance des voies de défense. »  

Le retour du gouverneur Bamanisa, selon eux, garantit la stabilité de cette partie de la RDC en proie aux conflits armés. 

Pour préserver la paix en Ituri et mettre fin à cette crise institutionnelle, a poursuivi Claudine Nzeni, les signataires de ce document demandent l’implication personnelle du chef de l’Etat pour :

« Renvoyer le gouverneur de province en Ituri pour éviter la paralysie, qui profiterait aux prédateurs et pêcheurs en eaux troubles ; maintenir la fermeture de cette assemblée provinciale et mener des investigations sur les mobiles de cette motion. »

Un jour avant la demande des notables, ce sont les députés de cette province, qui demandaient au président Félix Tshisekedi d’obliger le gouverneur de province, Jean Bamanisa Saidi, frappé par une motion de défiance depuis le 20 novembre dernier, de lui remettre sa démission, conformément à la loi.

Ils l’ont dit vendredi 29 novembre au cours d’un point de presse tenu à Bunia.

Les élus avaient par cette occasion, demandé aussi au gouvernement de la République d’ordonner la réouverture sans délai du siège abritant le bureau administratif de cet organe délibérant occupé par la Police nationale congolaise.

PTM

Laisser un commentaire

Next Post

"Les attaques contre les sites de l'ONU ont été planifiées et financées. Les responsables doivent être démasqués et punis" JP LACROIX

dim Déc 1 , 2019
Il faut que nous tirions les leçons de ce qui s’est passé à Beni. Et en ce qui concerne la MONUSCO, nous allons regarder ce que nous pouvons faire de mieux et de manière très approfondie. C’est ce qu’a déclaré aujourd’hui le Secrétaire général adjoint aux opérations de la paix […]