« Je ne suis pas venu à la tête de ce pays pour assister impuissant au malheur de nos compatriotes» Félix Tshisekedi

Le Président de la République, Félix Tshisekedi se dit fatiguer par les tueries à l’EST du pays. C’était lors de la cérémonie, qu’il a présidé, du lancement du séminaire sur l’éthique et la déontologie militaire au sein des Forces Armées de RDC. Cette cérémonie se tiendra du 12 au 13 mai, au groupement des écoles militaires.

« On ne peut pas continuer à compter des morts (principalement à l’Est de la RDC) comme si nous étions incapables de défendre nos compatriotes qui sont lâchement assassinés», a t-il affirmé.

«Soit notre Armée est incapable, soit ces CODECO, conglomérat de malfaiteurs (et groupe armé à la base de tueries de plus de 100 personnes dernièrement en Ituri) bénéficient des complicités de nos officiers. C’est inacceptable», a t-il poursuivi.

Le président de la république dit en avoir « assez. Il ne se passe pas un jour sans que nous comptions des victimes innocentes. Je ne suis pas venu à la tête de ce pays pour assister impuissant au malheur de nos compatriotes »

Il a appelé les participants à ces assises à plus de discipline, fustigeant au passage toutes les mauvaises pratiques qui gangrènent les FARDC.

Le Chef de l’État a estimé qu’« il est temps de mettre fin à toutes les pratiques qui ont favorisé les assassinats et meurtres de nos concitoyens ».

Il a rejeté toute idée d’alliance entre les forces armées de la RDC et d’autres groupes armés. Pour lui, « on éteint pas le feu en jetant de l’huile au feu ».

Le Chef de l’Etat a révélé que  » Jamais dans l’histoire de la RDC, l’Armée nationale n’a reçu autant de moyens financiers »,  et a déploré, au passage, que « les résultats (sur le terrain) ne sont pas proportionnels aux moyens mobilisés ».

Félix Tshisekedi a, toutefois réaffirmé sa volonté de poursuivre la réforme au sein de l’armée, en promettant une montée en puissance des FARDC.

Présent également à cette cérémonie, le ministre de la Défense nationale a, pour sa part, relevé « les antivaleurs  qui gangrènent l’appareil sécuritaire de notre pays dont le népotisme, le clientélisme, le tribalisme qui  avilissent l’Armée nationale ».

Le chef d’État-major général des FARDC, lui, s’est dit « déterminé à assainir les mœurs au sein de l’Armée nationale ».

 140 Vues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.